Gouverner avec les dieux

27,50

La République romaine n’est pas sortie tout armée du crâne de Montesquieu. Loin d’être garanti par une division tripartite du pouvoir, l’équilibre des institutions reposait avant tout sur l’encadrement de la potestas des magistrats par l’auctoritas des prêtres et du Sénat. Le droit d’auspices des magistrats du peuple, hérité du prestigieux monopole auspicial de la vieille noblesse patricienne, formait le noeud gordien de l’articulation de la potestas à l’auctoritas.
Leur potestas étant conçue comme « imparfaite », les magistrats étaient en effet contraints de solliciter, au moyen des auspices, une légitimation atomisée et précaire de leurs actes publics par l’auctoritas de Jupiter. Encadrée par les détenteurs institutionnels d’auctoritas, augures et sénateurs, la prise d’auspices se trouvait ainsi au coeur des mécanismes d’autocontrôle de l’aristocratie romaine. Si Auguste respecta formellement ce socle idéologique patricien et conservateur (optimas), il en modifia radicalement la portée par ses innovations en matière de potestas et d’auspices, et par l’importance qu’il conféra à l’auctoritas du prince.

UGS : 50377 Catégorie :

Description

Auteur : YannBerthelet

Editeur : BELLES LETTRES

Date : 20150512

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Gouverner avec les dieux”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *